jeudi 3 mai 2018

Árstíðir og tilfinningar




En monotone rêverie 
Les nues égrènent leur collier 
Sous un ciel de mélancolie 
Le jardin est mort en janvier

Après une lente symphonie
Qui a dépouillé le rosier
De sa frêle et belle harmonie
Pendant l'automnal brasier
Le jardin est mort en janvier

Comme une triste hémorragie 
Le temps fuit au calendrier 
Et le chant de son agonie 
Incite le ciel à prier
Un chapelet de litanie 
Le jardin est mort en janvier 

Soleil qui peut tout raviver
A touché de ses doux rayons
L'herbe le vent les papillons

Le jardin est ressuscité

Claude Lopez-Ginisty


dimanche 15 avril 2018

Nuit


Comme un doux rideau
Les deux paupières se ferment
Sur la nuit venue

Claude Lopez-Ginisty

Feu estival


Sous sa langue verte
Le feu de l'été se cache
Prêt à tout brûler

Claude Lopez-Ginisty

Printemps


Le printemps s'avance
Et les cheveux blancs de neige
Remontent au Ciel

Claude Lopez-Ginisty

mercredi 22 novembre 2017

Voyage/ で旅行

で旅行


Comme un frêle esquif
Sur le lac du temps qui passe
Je crains la tempête

Claude Lopez-Ginisty

*
Photo: Georges/rv Genoud

vendredi 3 novembre 2017

Toamna/Fall/ Autumn/Automne/秋,


Comme des fruits murs
Ensanglantés par l'automne
Les feuilles se meurent


Claude Lopez-Ginisty

*
Photo: Georges/rv Genoud


jeudi 2 novembre 2017

Rêve/夢


La nuit est tombée
comme un rideau de ténèbres
sur le paysage

au loin dans le ciel
la clarté borgne de la lune
cligne son œil gris

et le vent soupire 
faisant frissonner les arbres
sous son souffle sourd

la nature est morte 
emmitouflée dans l'automne
qui la tient captive

et c'est l'heure du rêve
qui abolit toute logique
et libère du réel

les yeux fermés 
comme un rideau blanc d'oubli
sur le théâtre du monde

Au silence d'or
par mon regard intérieur
j'appartiens aux nues

c'est l'esprit qui voit
au-delà des apparences
le corps de mes songes

le temps fuit sans cesse
et pourtant l'éternité
est au fond du cœur

La beauté du monde
vient sans discontinuer
émouvoir mon âme

fragile brin d'herbe
sous ta petite main verte
tu tiens l'univers

Claude Lopez-Ginisty

(Illustration: Collage félin de l'auteur)